Search
 

Blog

anisakiasis-actualites-cooking-cf-blablatoque

Attention à l’anisakidose !

L’anisakidose est une maladie digestive due à des larves de la famille des anisakidés. Parasites à l’état adulte, ces larves sont présentes dans le tube digestif des poissons et peuvent se transmettre à l’homme.

Ces parasites sont dangereux pour l’homme qui peut être contaminé suite à l’ingestion de poisson cru ou mal cuit qui contiennent les larves. Appelée également “maladie du ver du hareng”, cette parasitose digestive est bien connue en Europe du Nord et au Japon, où la consommation de poissons crus ou marinés est habituelle.

On distingue 3 catégories d’anisakidose1 :

  • La forme gastro-duodénale : il s’agit de la forme la plus fréquente, qui survient quelques heures après ingestion et se traduit par des symptômes de type ulcération.
  • La forme grêlique : elle peut intervenir jusqu’à plusieurs semaines après ingestion. Elle se manifeste par de violentes douleurs intestinales, qui signent des lésions.
  • La forme allergique : elle concerne plutôt des épisodes aigus et se manifeste de façon diverse, de la crise d’urticaire jusqu’au très grave choc anaphylactique.

Pour réduire le risque de présence du ver parasitaire, il est conseillé aux consommateurs de traiter le poisson par assainissement par le froid. L’institut de veille sanitaire recommande de laisser le poisson 7 jours dans un congélateur afin qu’il soit en mesure de tuer les larves d’anisakis.

Autre astuce : Cuisiner le poisson à cœur, autrement dit une minute minimum à 60°C à cœur et pour une cuisson au micro-onde une minute minimum à 70°C à cœur.